La Commission européenne intègre les lentilles plano-cosmétiques dans ses dispositifs médicaux

Les opticiens européens sont soulagés, leurs clients également. En effet, la Commission européenne vient  de décider d’encadrer, d’ici trois ans, les lentilles plano-cosmétiques dans sa liste de dispositifs médicaux. La nouvelle règle a été adoptée le 5 avril dernier en mettant fin à une longue durée de cinq ans de procédures et négociations. Ceci dit que ces produits feront désormais objet de plus de contrôles. Ainsi, il serait intéressant d’examiner la réaction des plus grandes marques d’optique en Europe comme Optical Center après cette nouvelle disposition.

L’Europe rejoint la Chine et le Canada

Après 5 ans de vilaines procédures, la Commission européenne vient de mettre un terme à l’exploitation hasardeuse des lentilles plane de couleur (plano-cosmétiques) en les intégrant dans la liste des dispositifs médicaux. Ainsi, l’Europe rejoint la Chine et le Canada qui étaient les premiers à légiférer sur l’encadrement de ces produits. Ceci dit que ces lentilles seront soumises à des règles de délivrance et de traçabilité plus rigoureuses comme le cas des lentilles correctrices.

Comme pour le cadre des autres lentilles, les lentilles planes de couleur ne seront donc vendues que par les opticiens  Krys, pour les trois prochaines années.

Faire face aux risques des lentilles colorées

Depuis des années, l’intégration des lentilles plano-cosmétiques dans la liste des dispositifs médicaux a été fortement souhaitée par les professionnels du métier. C’est le Syffoc, Syndicat des fabricants et fournisseurs d’optique de contact, ainsi que la SFOALC, société française des ophtalmologistes adaptateurs de lentilles de contact, qui ont défendu la prise de cette mesure. « Les lentilles non-correctrices colorées et les lentilles fantaisie comportent des risques identiques à ceux des lentilles correctrices. Il est avéré que le mésusage des lentilles et de leurs solutions d’entretien est responsable d’une forte proportion des accidents graves liés au port de lentilles de contact », rappelait la SFOALC depuis 2008.

 

Dans sa nouvelle optique, le Parlement européen prévoit de renforcer les mécanismes de traçabilité et de surveillance de l’ensemble de ses dispositifs médicaux, ainsi que des organismes de certification pour éviter les fautes du passé. Après sa mise en vigueur par la Commission européenne, la nouvelle disposition fera son entrée en France où il serait intéressant de voir la réaction des autorités et des opticiens avant de la pratiquer sur terrain.