Les règles et le droit

 

 

Le droit est l’ensemble des règles qui organisent la vie en société.

Son objectif est d’organiser les relations entre les membres, il leur permet de vivre ensemble dans une société bien organisée (mettre des règles de savoir-vivre, de politesse, …).

 

       L’importance de la règle de droit :

La règle de droit est une chose obligatoire et sanctionnée par l’autorité publique en cas de non-respect.

Elle est destinée à organiser la vie sociale et les relations entre les individus.

La personne qui ne l’a respecte pas sera sanctionnée par la puissance publique.

C’est l’Etat qui veille à l’application et au respect de cette règle.

La violation de la règle de droit peut être sanctionnée de deux façons par le juge :

  • Par la sanction civile (une répartition financière par le versement de dommages) ou par la sanction pénale (amende, contrainte pénale, …).

 

       Les branches du droit :

Le droit se caractérise par une grande diversité de règles.

Généralement, on distingue deux grandes catégories fondamentales qui sont le droit public et le droit privé.

Les nouvelles spécialités juridiques comme le droit de l’environnement ou les droits des nouvelles technologies permettent une présentation didactique des règles de droit.

Elles déterminent les juridictions compétentes en cas de litige.

  • Le droit public regroupe : l’ensemble des dispositions relatives au fonctionnement de l’Etat, des pouvoirs publics et les rapports que ces institutions entretiennent avec les personnes privées.

Son objectif est de défendre l’intérêt général.

  • Le droit privé constitue l’ensemble des règles qui gouvernent les rapports entre les particuliers.

Les juridictions administratives tranchent les litiges des droits publics et les juridictions judiciaires tranchent les litiges des droits privés.

 

   Le droit public se subdivise en plusieurs branches :

Droit constitutionnel : il organise le fonctionnement de l’Etat et des institutions publiques et il définit le régime politique d’un Etat (dans les élections présidentielles).

Droit administratif : son rôle est d’organiser le fonctionnement des administrations.

Droit fiscal : son rôle est de définir les impôts (fixer le taux de TVA).

Et le droit international public qui détermine le pouvoir des organisations internationales.

” … à la différence des diverses parties du droit interne, notre discipline est un tout elle-même. Elle n’est pas une branche d’un système juridique, mais elle constitue elle-même un système. Plus exactement, le droit international public est un ordre juridique, de même que chaque système de droit national constitue lui aussi un ordre juridique “.

 

On peut aussi parler du droit positif qui est actuellement très applicable.

C’est l’ensemble des règles en vigueur dans un lieu et période bien donné.

Les étudiants apprennent ces droits positifs pour qu’ils puissent être opérationnels.

Le tribunal est chargé de résoudre les litiges donc il applique le droit positif.

Ce droit permet aux personnes d’organiser librement leurs relations juridiques.

Le président du tribunal est un avocat spécialisé en droit positif.

Il est toujours motivé par le sens du devoir et des responsabilités.

C’est l’un des avocats les plus connus à Monaco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parce que les enfants peuvent aussi choisir leurs plats servis à la cantine

Elior Group, référence de la restauration collective et de la qualité nutritionnelle en France et dans le monde entier, a lancé un événement consistant à faire participer les enfants dans l’élaboration de leurs plats.

Voulant toujours répondre au mieux aux besoins de ses convives et souhaitant faire plaisir aux petits enfants, l’entreprise de la restauration collective Elior a essayé 9 nouvelles recettes destinées aux enfants à la cantine de Fronval de Vélizy.

Le but de cette initiative est de faire participer les enfants au choix de leurs menus servis à la cantine l’heure du déjeuner.

Lors du test, les enfants recevront diverses recettes salées et sucrées et joueront le rôle d’un chef membre d’un jury dans une émission culinaire.

« Nous souhaitons rendre les pauses déjeuners à la cantine des vrais moments de plaisir et enrichir les plats des enfants tout en prenant en considération leurs envies et leurs préférences gustatives. » Affirme  le responsable du développement et des affaires publiques d’Elior Group.

 

Neuf recettes à tester pour en choisir un seul

Sur les tables des 81 enfants participants, 9 plats sont servis dont 5 salés et 4 sucrés. Les enfants vont remplir un questionnaire en mentionnant leurs appréciations. A la fin du test un seul plats sera choisi en fonction du vote. Le meilleur plat doit avoir minimum 70% de satisfaction.

Avant de commencer le test, le responsable de l’alimentation et chargée de l’innovation, Sylvain Chevalier avait invité les enfants de s’asseoir et de savourer attentivement leurs plats en disant « Aujourd’hui vous aller manger des plats que vous aimez, oubliez le porc, les hamburgers et les assiettes de légumes. Faites-vous plaisir et commencer par celui qui vous attire le plus. »

Inclure les légumes dans l’alimentation

Favoriser les plats sains, équilibrés et contenant plus de vitamines et de sels minéraux faisait partie des objectifs d’Elior.

Sur les jolies tables bien décorées, nous trouvons une sélection de plats de toutes les couleurs et les composants, des salades vertes appétissantes, des pâtes bien garnies, des desserts au chocolat et aux fruits…

Les animateurs de l’événement s’engagent à bien noter les avis des enfants et à savoir ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas en précisant les détails afin d’améliorer les recettes.

Chaque année, le leader de la restauration collective en France effectue 13 tests culinaires dans les cantines en suggérant plus de cent recettes de tous les goûts.

 

La Commission européenne intègre les lentilles plano-cosmétiques dans ses dispositifs médicaux

Les opticiens européens sont soulagés, leurs clients également. En effet, la Commission européenne vient  de décider d’encadrer, d’ici trois ans, les lentilles plano-cosmétiques dans sa liste de dispositifs médicaux. La nouvelle règle a été adoptée le 5 avril dernier en mettant fin à une longue durée de cinq ans de procédures et négociations. Ceci dit que ces produits feront désormais objet de plus de contrôles. Ainsi, il serait intéressant d’examiner la réaction des plus grandes marques d’optique en Europe comme Optical Center après cette nouvelle disposition.

L’Europe rejoint la Chine et le Canada

Après 5 ans de vilaines procédures, la Commission européenne vient de mettre un terme à l’exploitation hasardeuse des lentilles plane de couleur (plano-cosmétiques) en les intégrant dans la liste des dispositifs médicaux. Ainsi, l’Europe rejoint la Chine et le Canada qui étaient les premiers à légiférer sur l’encadrement de ces produits. Ceci dit que ces lentilles seront soumises à des règles de délivrance et de traçabilité plus rigoureuses comme le cas des lentilles correctrices.

Comme pour le cadre des autres lentilles, les lentilles planes de couleur ne seront donc vendues que par les opticiens  Krys, pour les trois prochaines années.

Faire face aux risques des lentilles colorées

Depuis des années, l’intégration des lentilles plano-cosmétiques dans la liste des dispositifs médicaux a été fortement souhaitée par les professionnels du métier. C’est le Syffoc, Syndicat des fabricants et fournisseurs d’optique de contact, ainsi que la SFOALC, société française des ophtalmologistes adaptateurs de lentilles de contact, qui ont défendu la prise de cette mesure. « Les lentilles non-correctrices colorées et les lentilles fantaisie comportent des risques identiques à ceux des lentilles correctrices. Il est avéré que le mésusage des lentilles et de leurs solutions d’entretien est responsable d’une forte proportion des accidents graves liés au port de lentilles de contact », rappelait la SFOALC depuis 2008.

 

Dans sa nouvelle optique, le Parlement européen prévoit de renforcer les mécanismes de traçabilité et de surveillance de l’ensemble de ses dispositifs médicaux, ainsi que des organismes de certification pour éviter les fautes du passé. Après sa mise en vigueur par la Commission européenne, la nouvelle disposition fera son entrée en France où il serait intéressant de voir la réaction des autorités et des opticiens avant de la pratiquer sur terrain.

 

 

 

 

 

 

 

Les deux arguments de vente de l’assurance obsèques

Le secteur de l’assurance est chargé de produits et offres qui couvrent la quasi-totalité des affaires quotidiennes et projets à long terme des ménages, familles et entreprises. Les acteurs de ce marché, dont on cite comme exemple Filiassur Assurances, Axa, Allianz et Bpifrance, sont en compétition continue pour pouvoir mettre sur le marché la meilleure offre pour un même produit. D’ailleurs, parmi les produits assez complexes à communiquer que les assureurs commercialisent, l’assurance obsèques qui permet à son propriétaire de préparer ses funérailles.

En France, ils sont 4 millions de personnes à posséder d’une assurance obsèques. Cependant, pour faire « vendre » ce produit, les arguments diffèrent. Voici donc les deux principaux moyens entrepris par la majorité des compagnies d’assurances pour convaincre les clients de l’utilité de cette assurance.

Faire éviter la famille de lourdes dépenses

L’assurance obsèques est une solution intéressante pour éviter à la famille la gestion et le financement de la disparition d’un proche. En effet, la majorité des assureurs communiquent cette phrase comme premier argument de vente de ce produit. Autre que la douleur de la perte de quelqu’un, la famille du défunt devra supporter les frais de ses funérailles ce qui peut aller jusqu’à devoir sortir 3500 euros en une période si courte tout en ayant une peine dans le cœur.

L’assurance obsèques vient alors soulager la famille de cette charge en provisionnant un capital qui financera les frais des funérailles le moment venu. Chez Filiassur par exemple, ce capital peut atteindre les 40000 euros.

Préparer ses propres obsèques

Si la mort fait peur à de nombreuses personnes, d’autres calculent tous et veulent que tout détail de leur vie soit arrangé d’avance, même leur décès. Ainsi, les compagnies d’assurances pointent ceci comme un deuxième argument de vente de l’assurance-obsèques. Elles communiquent au tour de l’idée de pouvoir « préparer sa propre sortie à l’avance ».

Le souscripteur aura ainsi le choix d’organiser une cérémonie d’enterrement à sa volonté. Il pourra recommander une inhumation ou une crémation, il choisira son cercueil ou l’urne funéraire, il choisir les fleurs et le véhicule qui transportera son cercueil et l’entreprise qui se chargera de ces réalisations.

La perte d’un individu est toujours douloureuse pour sa famille qui aura généralement du mal à pouvoir organiser un « enterrement idéal » à sa mémoire. Même si ses prix ne sont pas donnés à tout le monde, L’assurance-obsèques reste un moyen très convenable pour garantir un hommage respectueux et à la hauteur des volontés des défunts.