L’Islam

 

 

 

      Ramadan : mois du jeûne

Les choses recommandées (mustahab), détestables et permises pendant le jeûne :

 

Quelles sont les choses mustahab concernant le jeûne pour le ramadan 2018 ?

– Se lever pour le sohour. Le Messager de Dieu a dit dans des hadiths rapportés par Boukhari et Muslim : “Levez-vous pour le souhour, car il y a une bénédiction dans le repas du sohour” ; “Prenez des forces dans le repas du sohour pour le jeûne de la journée, et dans la sieste du midi pour la prière de la nuit (tahajjud).”

Le repas du souhour renforce le jeûneur et lui facilite ainsi son jeûne.

– Prendre le repas du souhour le plus tard possible et celui de l’iftar le plus tôt possible, c’est-à-dire, rompre le jeûne dès le coucher du soleil.

Dans un hadith, on lit : “Tant que les gens se hâteront de rompre le jeûne et retarderont le sohour, ils seront sur la voie du bien.” ; et dans un hadith qudsi (divin) : “Le plus agréable de mes serviteurs est celui qui se presse le plus pour rompre son jeûne”.

 

  Comment notre Prophète Mohammed passait-il le mois de Ramadan ?

 

Le Prophète n’accomplissait pas la prière du soir avant d’avoir rompu son jeûne.

Il mangeait d’abord quelques dattes, s’il n’y en avait pas, il buvait quelques gorgées d’eau, puis priait, et enfin prenait le vrai repas.

Concernant le fait de retarder le souhour, Zayd ibn Thâbit rapporte : “Nous avons mangé le sohour avec le Messager de Dieu. Puis nous avons fait la prière du matin. Anas demanda : “Combien de temps y avait-il entre le souhour et la prière de l’aube ?

‘Assez de temps pour réciter 50 versets’.

 

Cette durée correspond à peu près à 15-20 minutes. Certains donnent en exemples les sourates al-Haqqah (contenant 52 versets) et al-Moursalat (50 versets).

Suite à ce hadith, les savants ont déclaré, par précaution, qu’il fallait cesser de manger et boire 15 à 20 minutes avant l’aurore (imsak).

 

– Lors de la rupture du jeûne, il faut réciter cette supplication : “Allahumma laka sumtu wa bika âmantou wa ‘alayka tawakkaltu wa ‘alâ rizqika aftartou’ dont le sens est : “Ô mon Dieu, j’ai jeûné uniquement pour toi. J’ai cru en Toi. Je m’en suis remis à Toi, je t’ai fait confiance. Et je romps mon jeûne avec la nourriture que tu m’as donnée.”

– Une règle primordiale du jeûne est de faire jeûner tous nos sens, autant que notre estomac.

Il existe beaucoup d’autres sens et facultés chez l’être humain : la vue, l’ouïe, le cœur, l’imagination, la pensée, etc.

 

  Les péchés et leur influence sur le jeûne :

Le jeûneur doit protéger tous ces éléments des futilités et du péché, et les orienter vers la servitude et l’adoration d’une manière appropriée pour chacun d’eux.

Par exemple, il convient d’empêcher sa langue de mentir, de médire et de dire des choses désagréables et mal séantes, et au contraire, employer sa langue pour la récitation coranique, l’évocation des “Noms de Dieu”, la glorification de Dieu (Dhikr), le repentir et la supplication pour le pardon divin (tawba et istighfar) et la récitation de salawât (“paix et bénédictions de Dieu soient sur Mohammed”).

 

Aussi faut-il empêcher ses yeux de regarder les membres nâ-mahram du sexe opposé et ses oreilles d’écouter les mauvaises choses, et au lieu de cela, diriger ses yeux vers ce qui est exemplaire et ses oreilles vers les paroles de vérité et le Coran.

 

Ainsi est-il possible de faire jeûner tous ses sens et facultés. Et ce n’est pas de cette façon que l’on pourra avoir son lot des vertus et excellences qu’apporte le jeûne.

Le Messager de Dieu a dit : “Quiconque ne cesse pas de mentir et d’agir par le mensonge, le Tout-puissant n’accordera aucune valeur à son abstention de nourriture et de boisson, et ne le louera pas pour cela” ; “Cinq choses invalident le jeûne (c’est-à-dire effacent ou diminuent ses mérites et sa vertu) : mentir, médire, le baiser, le regard interdit, et rapporter les paroles des uns aux autres pour semer la discorde.